Cyesm commence la programmation en 1998 devant un simple ordinateur, à l'époque où le home studio se démocratise. Très vite à l'aise avec cette forme d'expression, il étoffe son savoir-faire auprès d'instrumentistes de tous genres, officiant au sein de différents groupes qui l’emmènent du funk à l’expérimental, en passant par la folk ou le dub. Mais c'est en studio que Cyesm semble trouver sa liberté. Ce compositeur prolifique enchaîne les sorties d'albums, visitant le trip-hop et l'électro, s'offrant quelques échappées hip-hop ou conceptuelles, sans trop se soucier des genres. Il aime s'entourer d'artistes de divers horizons, qu'il accompagne volontiers en studio et sur scène.

Le travail de Cyesm mêle sonorités électroniques et acoustiques, dans le but de créer des atmosphères riches en image, aussi bien narratives que contemplatives. Chacun de ses albums propose un voyage singulier et sensible, où l'oreille de l'auditeur est invitée à se faire surprendre. On y retrouve souvent des rythmes agressifs, qui s'entourent aussi bien d'un orchestre que d'une panoplie de synthétiseurs ou de voix. Ses productions sont soignées et transpirent la « patte » du compositeur. Jamais nostalgique, il joue des codes des différents styles, des plus anciens au plus récents, pour enrichir son vocabulaire musical. Il en résulte une musique hybride, où le sensible et l'énergie semblent s'affranchir de toutes règles.

Cyesm est également l'un des membres fondateurs du Good Citizen Factory, label qui revendique son indépendance politique et financière. Il dirige également le studio Head-sign, spécialisé dans la musique à l'image et le sound design, où ses talents de compositeur, d’arrangeur, de réalisateur artistique et de producteur se mettent au service des artistes et des différents films dont il confectionne la bande-son.